Au Québec, les rues ont été conçues à l’usage quasi exclusif de l’automobile, en laissant peu ou pas de place aux modes actifs. En réalité, la rue appartient à l’ensemble de la collectivité et doit être traitée comme un espace urbain et partagé entre tous les usagers (Ville de Québec, 2011).

Des aménagements spécialement destinés aux piétons et cyclistes envoient un signal à ces derniers, tout comme aux automobilistes, en signifiant que l’on souhaite favoriser les modes de déplacement actif que sont la marche et le vélo.

Dans la création des milieux de vie et dans la revitalisation des quartiers existants, il importe d’intégrer des éléments d’aménagement en faveur des modes de déplacement actif :

  • Trottoirs larges et continus;
  • Aménagements cyclables sécuritaires, clairement signalés et adaptés au type de rue et à la vitesse de circulation automobile;
  • Mesures d’apaisement de la circulation;
  • Configuration conviviale des intersections;
  • Passages pour piétons sécurisés, clairement identifiés et de longueur réduite;
  • Éléments visant l’embellissement des rues, etc.