Piéton

Une question d’espace… de stationnement?

Au centre-ville, l’espace est précieux et il ne manque pas de volontaires pour l’occuper! On a pu le constater lors de l’assemblée générale du conseil de quartier de Montcalm le 8 mars: le stationnement a été le sujet chaud de la soirée comme le signale ce billet de Québec Urbain. Commerçants et résidents ont soulevé cet enjeu, mais semblent aborder la problématique d’un œil très différent. Existe-t-il réellement un problème de stationnement et quel est-il? Cela ne semblait pas si clair hier soir. L’association des commerçants de l’avenue Cartier claironne que le stationnement commercial est insuffisant et que chaque perte d’espace menace la survie de marchand. Qu’en est-il réellement du lien entre stationnement et vitalité commerciale et quelles sont les caractéristiques de l’avenue Cartier? Le secteur et les déplacements pour fin de magasinage Montcalm est un des secteurs les moins motorisés de la ville de Québec et de loin. 37% des logis n’y possèdent pas de voiture et l’enquête O-D nous apprend que seulement 44% des gens qui se rendent sur Cartier dans une journée le font en voiture comme passager ou conducteur (c’est 79,6% dans le secteur des centres d’achat sur le boulevard Laurier). Une proportion à peu près égale s’y rend à pied ou à vélo, un pourcentage extrêmement élevé pour Québec. Si l’on se penche seulement sur le motif magasinage(*), c’est 63% des déplacements vers le quartier Montcalm qui sont actifs. La voiture n’est donc visiblement pas le mode de transport privilégié par les clients du secteur. Stationnement et vigueur des commerces, un lien pas si évident Une recherche présentée par le conseil de quartier faisait état d’un ratio de place de stationnement par commerce bien inférieur à celui des centres d’achats majeurs de la région. C’est une comparaison qui ne tient pas la route puisque la superficie commerciale des places d’affaires est de loin supérieure dans les super centres commerciaux! Le stationnement n’est surtout pas la seule manière d’attirer des clients, surtout dans un secteur aussi propice aux déplacements actifs. Un récent relevé de littérature effectué par la ville de Bristol suggère qu’un mètre carré consacré au vélo génère jusqu’à 5 fois plus de dépenses dans les commerces locaux qu’un mètre consacré à la voiture. Cela s’explique entre autres parce qu’un vélo n’occupe que 12% de l’espace d’une voiture, par conséquent, chaque mètre carré de pistes cyclables ou de supports à vélo permet d’accueillir plus de clients potentiels. Une perte d’espaces de stationnement serait loin d’être dramatique pour la vitalité commerciale de l’ensemble du secteur. D’autant que des études internationales tendent à prouver que les utilisateurs des transports actifs dépensent davantage dans les commerces locaux que les automobilistes en faisant de plus petits achats plus fréquents. Pour les sceptiques qui pensent que mobilité durable et dynamisme ne fonctionne que dans les "Europes" voici un petit vidéo en provenance de Melbourne, Australie. Sommes nous si distincs que nous sommes incapables de s'inspirer (sans copier évidemment) des exemples stimulant à travers le monde? https://www.youtube.com/watch?v=EemCIoMpNGQ( + )

Par téléphone:

418 648-1242

Par courriel:

acces@transportsviables.org

Sur les réseaux sociaux:

En personne ou par la poste:

Accès transports viables
870, avenue de Salaberry, bur. 307
Québec (Québec)
G1R 2T9
X
X