/
atv_logo
banner_top2 blogue_onglet

facebooktwitterrss-32x32

Mission d'Accès transports viables

Des choix individuels et collectifs s'imposent en matière de mobilité durable. Il est nécessaire de sensibiliser la population et les décideurs de la région métropolitaine de Québec.

C'est pourquoi Accès transports viables, le regroupement des utilisateurs et utilisatrices des transports collectifs et actifs du Québec métropolitain, défend les droits des utilisateurs des transports collectifs et actifs et fait la promotion des transports viables.

» En savoir plus

BIXI à Québec ?

Le 29 juin, Le Soleil publiait l’article “Québec attirée par le projet BIXI“. La nouvelle a provoqué des réactions, car on y mentionne que la Ville souhaite implanter le projet en priorité aux touristes.

Voici une réaction publiée par Valérie Harvey, dans le Carrefour des lecteurs, du Soleil du samedi 4 juillet 2009.

BIXI: pour touristes seulement?

Depuis que j’habite Québec, je n’en reviens pas du peu de convivialité quand on souhaite utiliser son vélo pour aller travailler. L’accès université-centre-ville n’est pas encore possible facilement, le passage haute ville-basse ville est également très compliqué…J’ai compris rapidement que le “réseau cyclable” était destiné aux touristes et aux sorties de fin de semaine. J’ai abandonné le vélo, alors que je l’utilisais de mai à octobre à Montréal.

Aussi les commentaires de Jacques Perron dans le texte “Québec attirée par le projet BIXI” m’ont sidérée. Le titre semble une bonne nouvelle, mais M.Perron souligne que ce seront encore les touristes qui seront choyés par la Ville. La Ville n’existe-t-elle que par et pour ses touristes? Quand pensera-t-on d’abord aux citoyens?

Quant aux pentes terribles de Québec, vraiment, il faut avoir vu peu de pays pour les trouver décourageantes. Je suggère de descendre du vélo quand c’est trop fatiguant ou de faire comme le propose la journaliste Daphnée Dion-Viens: “À ceux qui pensent que les côtes de Québec ne sont pas faites pour BIXI, il suffirait d’installer des stations au pied de chaque escalier et de faire le plus exigeant à pied… avant de repartir en haut de la côte avec un nouveau vélo. Tout simplement!”

Non seulement ces projets sont très longs à mettre en oeuvre et à réaliser, mais c’est décourageant de constater que la Ville part avec l’idée de le faire pour les touristes d’abord. Et nous les citoyens?

Non seulement Montréal améliore son réseau cyclable, mais en plus, on y offre maintenant des BIXI. Montréal n’est pas la ville idéale pour les touristes, mais on peut dire qu’elle, au moins, pense à ses citoyens autrement que comme des “payeurs de taxes” municipales, qui servent à développer des projets pour les touristes. Dommage.

Valérie Harvey
Québec

Commentaires (2)add comment

Christian Amauger ( 8 juillet 2009) | url

Effectivement, la ville de Québec pense avant tout à ses touristes (cf. Red Bull Crash Ice et autres attractions jugées primordiales). Venant également de Montréal, j’ai aussi été un peu découragé par la place du vélo à Québec - on m’avait prévenu que c’était une ville de chars, et cela s’est largement confirmé!

Je n’abandonne cependant pas le vélo et continue à l’employer pour aller travailler et me rendre à mes rendez-vous d’affaires, que cela soit en basse ou au haute-ville. Un des grands problèmes à Québec est le peu de respect ou d’attention porté aux cyclistes par les automobilistes (Andrée Boucher les considérait mêmes dangereux!).

Réjean Cloutier (18 novembre 2009)

Après le développement du réseau de pistes cyclables, qui est maintenant efficace, Il est important que l’administration de Québec développe un réseau urbain, pour faciliter l’utilisation du vélo par les travailleurs et les étudiants.
Le BIXI implanté à Montréal est un exemple de succès, pour ceux qui veulent se déplacer pour de courte distances à vélo sans devoir en acheter un et sans le risque de se le faire voler.

Ecrivez un commentaire
Réduire l'éditeur | Agrandir l'éditeur

busy