Accès transports viables a participé à la manifestation contre le 3e lien, organisée par la Coalition régionale des associations étudiantes de la Capitale-Nationale. Cette mobilisation témoigne que ce projet ne fait pas consensus, et que la génération qui aura à en assumer les conséquences économiques et écologiques n’en veut pas.

Selon Étienne Grandmont, directeur général d’Accès transports viables, « la congestion a augmenté dans la région de Québec, c’est un fait. Par contre, la solution ne peut plus passer par le développement du réseau autoroutier comme on le fait depuis 70 ans: il est temps de faire place à de nouvelles idées. C’est ce que cette génération exprime: elle est moins attachée à l’automobile que les précédentes et croit en la mobilité durable. Écoutons-la! »

Laisser le fardeau à nos jeunes
On l’a constaté lors des dernières élections: les 18 à 35 ans sont préoccupés par les enjeux environnementaux. « Normal », estime Monsieur Grandmont. « Ce sont eux qui auront à assumer les conséquences de notre inaction en matière de changements climatiques. Et le projet de 3e lien augmenterait la capacité routière, le nombre de kilomètres parcourus et, conséquemment, nos émissions de gaz à effet de serre. »

Le directeur général en appelle à la cohérence du gouvernement Legault: « Aujourd’hui, à Montréal, les ministres Rouleau, Chassé et Dubé ont pris part à l’événement La planète s’invite au Parlement, à Montréal, afin de montrer leur appui à la cause environnementale et à la lutte aux changements climatiques. C’est par les actions, et non les paroles, qu’on pourra valider que le gouvernement lutte réellement contre les changements climatiques. »

Plomber le budget de la prochaine génération
Monsieur Grandmont s’inquiète également des conséquences économiques d’un tel projet: « le troisième lien coûtera, au bas mot, 4 milliards $. Cette somme colossale ne servira pourtant qu’à quelques milliers d’utilisateurs. Imaginez ce que pourrait permettre cette somme si elle était investie dans les transports collectifs et actifs! La jeunesse québécoise veut une meilleure qualité de vie, une mobilité respectueuse de l’environnement, donc des choix d’infrastructures de transports qui présentent un meilleur rapport coût-bénéfice », a conclu le directeur général d’Accès transports viables.

***

Accès transports viables rappelle que la Ville de Québec, avec ses 21 kilomètres d’autoroute par 100 000 habitants, est la mieux pourvue au pays – la ville compte le nombre le plus élevé de km par habitant au Canada et se classe troisième en Amérique du Nord.

Accès transports viables rappelle également que les transports représentent 41 % des émissions totales de gaz à effet de serre produites au Québec, et qu’il s’agit du seul secteur d’activité à ne pas avoir stabilisé ou réduit ses émissions depuis 1990.

– 30 –

Source: Accès transports viables
Entrevues: Etienne Grandmont
Bur: 418-648-1242