Accès transports viables et le Conseil régional de l’environnement de la Capitale-Nationale ont dénoncé le jeu auquel s’adonnent Maires et préfets en marge du dévoilement d’un sondage sur l’appui à un 3e lien entre Québec et Lévis. Selon ces organisations, ces élus municipaux ont une vision à courte vue et dangereuse pour l’avenir de la région.

« C’est du grand délire, du grand n’importe quoi », s’est exclamé Etienne Grandmont, directeur général d’Accès transports viables. « Ce projet n’a aucune assise scientifique: aucun expert n’a soutenu qu’un nouveau lien entre Québec et Lévis n’était souhaitable ni même profitable pour le développement durable de la grande région de Québec. »

Selon Monsieur Grandmont, « la population de Québec et Lévis veut pouvoir circuler plus facilement en heures de pointe et est à la recherche de solutions. C’est sur l’ensemble des mesures qui peuvent permettre d’atteindre cet objectif que les élus devraient se pencher, pas seulement sur le 3e lien, uniquement par idéologisme. »

Pour Alexandre Turgeon, directeur général du Conseil régional de l’environnement de la Capitale-Nationale, « le 3e lien reste un projet non pertinent pour, somme toute, très peu de personnes: on parle d’environ 18 000 véhicules qui passent de la rive-sud à la rive-nord en heure de pointe le matin. En plus, créer un nouveau lien à l’Est ne ferait qu’aggraver la congestion sur la rive-nord, dans l’Ouest comme de l’Est. »

Les deux organisations ont enjoint le gouvernement du Québec à maintenir tel quel le devis du bureau d’étude sur le 3e lien et à lui laisser analyser toutes les options à mettre en place afin de réduire la congestion entre Québec et Lévis.

– 30 –

Source: Accès transports viables

Entrevues:
Etienne Grandmont, directeur général Accès transports viables
Bur: 418-648-1242

Alexandre Turgeon, directeur général CRE Capitale-Nationale
Bur: 418-524-7113