Accès transports viables était présent lors de la rencontre d’information sur le concept d’aménagement des rues autour du centre communautaire Lucien-Borne, le 7 juin dernier. Notre organisation salue la démarche de consultation et d’atelier participatif réalisé en février dernier par la Ville de Québec, de même que l’accent accordé au projet concernant la fluidité des déplacements piétons.

Ceci étant dit, si les enjeux piétons, automobiles et ceux liés au transport en commun ont été traités, les enjeux cyclables semblent avoir été évacués du propos. Accès transports viables s’appuie donc sur plusieurs réflexions et démarches de concertation menées au courant des 3 dernières années pour questionner et se positionner concernant le concept d’aménagement des rues autour du centre communautaire Lucien-Borne, à savoir:

Marche à pied
Nous sommes d’avis que le niveau de sécurité des piétons pourra être amélioré si des trottoirs sont disposés des deux côtés de la côte Salaberry. Nous avons aussi beaucoup aimé la proposition de disposer des mains courantes dans les endroits plus à pic ainsi que l’idée évoquée dans la soirée de transformer les trottoirs de certaines côtes en escaliers avec paliers, à l’image de la côte de la rue Claire-Fontaine. Cela rendrait la circulation des piétons moins périlleuse en hiver et découragerait les cyclistes de rouler sur les trottoirs.

Cela dit, nous avons également quelques interrogations concernant les concepts d’aménagement proposés.

La Ville annonce l’élargissement des trottoirs à 2,40 m “lorsque possible”. Si cela représente une avancée considérable en matière de confort et de sécurité pour les piétons dans le quartier, Accès transports viables s’interroge tout particulièrement à savoir ce qui est prévu “lorsque ce n’est pas possible”. Combien de segments de rue cela représente-t-il? Quel sera la largeur minimale des trottoirs?

En parallèle, des élargissements ou saillies de trottoirs sont prévus à plusieurs intersections, sans toutefois assurer la présence de zone de traversée pour les piétons. Selon Accès transports viables, cela représente un non-sens et va à l’encontre même du principe de la Ville de Québec de ne pas vouloir susciter de “faux sentiment de sécurité”. Accès transports viables recommande donc l’ajout systématique de zones de traversée identifiées et sécurisées aux endroits où sont prévues les avancées de trottoirs, soit :

  • rue Richelieu / avenue de Salaberry : permettre la traversée de l’avenue Salaberry (passage pour piétons à bandes jaunes + signalisation adéquate)
  • rue Félix-Gabriel-Marchand / rue Saint-Jean : permettre la traversée de la rue Saint-Jean (passage pour piétons à bandes jaunes + signalisation adéquate)
  • avenue Turnbull / rue Lockwell : prévoir un passage pour piétons à bandes blanches dans toutes les directions
  • avenue Turnbull / rue Crémazie : permettre la traversée de l’avenue Turnbull (passage pour piétons à bandes jaunes + signalisation adéquate).

Enfin, une attention toute particulière concernant l’éclairage publique à l’échelle du piéton devra être assuré, de même que l’ajout de mobilier urbain permettant des arrêts pour les personnes plus vulnérables (bancs à proximité des arbres, des arrêts d’autobus, etc.).

Vélo

Côte Salaberry
Les cyclistes sont assez nombreux à utiliser la côte Salaberry pour qu’on s’en préoccupe. Un des enjeux important serait de s’assurer que les automobiles ne puissent former deux files dans le bas de la côte. Cette situation, qui se produit régulièrement en heure de pointe alors qu’elle n’est pas autorisée par un marquage au sol, réduit considérablement l’espace laissé aux cyclistes qui descendent.

Côte Badelard/ rue Lavigueur/ rue Philippe-Dorval/ avenue Turnbull
L’axe de la Côte Badelard / rue Lavigueur / rue Philippe-Dorval / avenue Turnbull figure parmi les projets prioritaires de la Vision des déplacements à vélo de la Ville de Québec. Un projet de consultation est-il prévu pour l’avenue Turnbull, de la même façon qu’une démarche a été menée pour la rue du Pont? Il nous semble que ce projet aurait pu faire l’objet d’une présentation à part afin de faire connaître plus en détail les raisons qui, aux yeux de la Ville, le justifie.

Aussi, si l’axe de la côte Badelard / rue Lavigueur / rue Philippe-Dorval / avenue Turnbull offre une desserte nord-sud dans le secteur, il s’agit d’un trajet direct très exigeant à monter à vélo. Peu de cyclistes empruntent actuellement ce trajet, préférant notamment l’ascenceur et la rue partagée Sainte-Claire, ou des axes situés plus à l’est du quartier. Aussi, il faut fort probablement s’attendre à ce que les cyclistes empruntant le trajet prévu via la rue Philippe-Dorval et la rue Turnbull en montée posent pied à terre et occupent les trottoirs plutôt que la voie cyclable.

Dans le sens de la descente, le projet est intéressant, pour autant que l’aboutissement du tracé en Basse-Ville soit également aménagé et connecté au reste du réseau.

Avenue Turnbull
De façon plus spécifique, aucun plan concernant la section de l’avenue Turnbull située entre la rue Saint-Jean et la rue Lockwell n’a été présenté. Or, il s’agit d’un point critique où la rue Turnbull rétrécit et où la pente est forte. Quels seront les aménagements cyclables prévus à cet endroit?

Y aura-t-il un sas vélo au nord de l’intersection de la rue Saint-Jean et de la rue Turnbull? La majorité des automobiles tournent à droite pour rejoindre le chemin Sainte-Foy tandis que le trajet désigné pour les cyclistes va tout droit. Qu’est-il prévu pour éviter des conflits?

Chemin Sainte-Foy / rue Saint-Jean
En dehors de l’axe côte Badelard / rue Lavigueur / rue Philippe-Dorval / avenue Turnbull, force est de constater qu’aucun autre aménagement prévu par le concept d’aménagement proposé n’améliore l’offre en voies cyclables dans le projet.

Pourtant, l’axe chemin Sainte-Foy / rue Saint-Jean est un axe très utilisé par les cyclistes à l’heure actuelle autant dans le sens du trafic qu’à l’inverse, et l’ajout d’une bande cyclable sur la rue Turnbull ne viendra pas défaire cette tendance.

Selon Accès transports viables, il y a donc lieu de prévoir dès aujourd’hui la présence de cyclistes sur l’axe du chemin Sainte-Foy / rue Saint-Jean et aux intersections “critiques” pour rejoindre le corridor cyclable Père-Marquette un peu plus à l’ouest, soit au niveau de la rue Salaberry, de la rue Cartier, ou de la rue Candiac. Cela peut prendre la forme de refuge cyclable en amont des zones de virage à gauche, ou encore des zones de sas vélos aux intersections pour permettre aux cyclistes de se placer devant les voitures.

***

En terminant, Accès transports viables a également retenu la préoccupation d’une résidente de la rue Lockwell qui a observé la circulation de transit et le passage de camions augmenter sur la rue Lockwell depuis l’interdiction de tourner à gauche sur Salaberry à partir de chemin Ste-Foy (direction ouest). Cette problématique de transport induit démontre que certains choix en matière de gestion de la circulation à une intersection peut occasionner des effets sur l’ensemble des rues locales avoisinantes.