Québec, le 16 septembre 2014 – Accès transports viables s’inquiète de voir le ministre responsable de la Capitale-Nationale baisser les bras aussi rapidement dans le dossier du tramway. « Le tramway est un projet d’infrastructure prioritaire et stratégique pour la ville et la région de Québec. Or, nous n’avons pas les moyens de ne pas investir dans ce type d’infrastructure », estime Etienne Grandmont, directeur général de l’organisation.

Si le gouvernement a un plan pour retrouver l’équilibre budgétaire d’ici 2015-2016, cela est tout à fait concordant avec un tramway qui serait mis en opération en 2026, tel que prévu dans le Plan de mobilité durable de la Ville de Québec. « Certes, l’économie québécoise n’est pas au beau fixe en ce moment, mais l’investissement prévu, actuellement chiffré à 1,5 milliard de dollars, n’est pas payable en un seul versement que je sache, comme c’est le cas pour les autres infrastructures », illustre M. Grandmont.

Les budgets pour les routes ont plus que quadruplé dans les 10 dernières années ce qui, selon M. Grandmont, démontre que « c’est maintenant au tour des services de transport en commun de bénéficier d’investissements majeurs, puisque ceux-ci sont remplis à pleine capacité. »

À la fin, le fond de l’enjeu touche la façon de développer la ville. « Est-ce qu’on continue d’engouffrer des milliards de dollars dans les autoroutes et l’étalement urbain ou l’on consolide la ville actuelle en misant sur le transport en commun? Il nous apparaît évident que la solution du tramway nous coûtera moins cher à terme », a conclu M. Grandmont.

 

-30-