Québec, le 20 novembre 2014 – Le bilan des trois années passées depuis l’adoption du Plan de mobilité durable (PMD) de la Ville de Québec est, selon Accès transports viables, décevant. La Ville a pris plusieurs décisions en contradiction avec les cibles du PMD et n’a pas su profiter des nombreuses opportunités qui se sont présentées au cours des dernières années. « L’arrivée de l’étude sur le tramway/SRB (système rapide par bus) et la relance du Plan directeur du réseau cyclable laisse cependant présager un espoir pour Québec », estime Etienne Grandmont, directeur général de l’organisation.

Bilan décevant
En novembre 2011, la Ville de Québec adoptait son PMD à la suite de consultations publiques qui avaient fortement mobilisé les citoyens et la société civile. Ce Plan représentait à la fois une vision d’avenir pour le développement de la Ville ainsi qu’un consensus sur la mobilité et l’aménagement du territoire.

Plusieurs décisions en contradiction avec les cibles du PMD ont cependant été prises depuis son adoption. Le directeur général cite en exemple le gel de la contribution municipale au budget du RTC en 2012 et les travaux et pressions politiques visant à accroître la capacité routière, par exemple l’ouverture à l’année de la côte Gilmour, l’élargissement de l’autoroute Henri-IV et le projet pilote autorisant le covoiturage dans les voies réservées au transport en commun sur Robert-Bourassa.  « Toute l’attention a porté sur l’augmentation de la capacité routière, tandis que pour le reste on a fait des études ou du surplace. C’est contraire à l’esprit et à la lettre du Plan de mobilité durable », analyse M. Grandmont.

Selon ce dernier, on aurait dû profiter des  nombreuses opportunités qui se sont présentées depuis trois ans, notamment la réfection des rues, pour améliorer la qualité du réseau cyclable et les infrastructures pour les piétons, des mesures peu dispendieuses qui auraient pu avoir un impact sur les choix de transports des citoyens de Québec.

« Depuis trois ans, on peut dire que la Ville de Québec a tout fait pour faire oublier qu’elle s’était engagée à devenir une ville intelligente, durable, tournée vers la mobilité du 21e siècle. Bonne sur papier, mais ne livre pas la marchandise une fois sur la glace », d’imager M. Grandmont.

De l’espoir
C’est tout de même avec espoir que M. Grandmont entrevoit les mois à venir. Certains projets pourraient faire avancer notablement la mobilité durable à Québec alors que sera dévoilée l’étude sur le tramway/SRB et que sera relancé le Plan directeur du réseau cyclable.

L’étude sur le tramway/SRB est sans contredit une des pièces maîtresse du PMD selon le directeur général, pour qui la Ville de Québec, et par conséquent la Ville de Lévis, est rendue à l’étape de se doter d’un réseau structurant de transport collectif rapide et efficace. Selon M. Grandmont, il importe cependant de planifier un tel équipement en pensant à long terme: « On utilisera ce nouveau réseau structurant pendant plusieurs décennies : il serait inopportun de sous-estimer les besoins futurs en transports collectifs, d’autant qu’on visait, dans le PMD, de doubler la part modale du transport en commun d’ici 2030 ».

Le Plan directeur du réseau cyclable se verra enfin mis en action, alors que le nombre de kilomètres réalisés depuis son adoption, en 2008, s’est révélé famélique. Le nombre de citoyens utilisant le vélo comme moyen de transport est en croissance, mais le sentiment d’insécurité toujours très présent freine le développement de cette pratique. M. Grandmont estime qu’une multiplication par 5 du nombre de cyclistes utilitaires d’ici 2030 devrait être l’objectif poursuivi par la Ville.

Garder l’oeil ouvert
Accès transports viables suivra de près le dévoilement de l’étude tramway/SRB, la relance du Plan directeur du réseau cyclable de même que les actions de la Ville de Québec dans les mois et les années à venir. L’organisation assure qu’elle appuiera et collaborera aux initiatives qui iront dans le sens de la mobilité durable et dans l’amélioration des infrastructures et des services dédiés aux utilisateurs et utilisatrices des transports collectifs et actifs. Du même souffle, elle promet de remettre en question tout projet contraire au Plan de mobilité durable et à ses cibles.

2014_11_24_quebec2030