Québec, le 30 octobre 2013 – Accès transports viables se réjouit que tous les candidats à la mairie sollicités aient répondu au questionnaire sur la mobilité durable et constate que l’enjeu est identifié comme prioritaire par tous. L’étude approfondie des réponses et des engagements pris tout au long de la campagne démontrent que certains candidats se démarquent, d’aucuns pour leur vision intégrée et porteuse, d’autres pour leur manque de cohérence ou de connaissance.

« Lorsque questionnés sur les transports collectifs et actifs, quatre des six candidats présentent une vision intéressante et plusieurs ont des propositions concrètes. Cependant, lorsqu’on leur demande comment ils vont solutionner les problèmes de congestion, deux de ces quatre candidats relèguent les transports collectifs et actifs derrière l’augmentation de la capacité routière, une solution qui n’en est pas une, » analyse Etienne Grandmont, directeur général d’Accès transports viables.

Ville de Québec

David Lemelin, Démocratie Québec Note : B+

L’équipe de David Lemelin se distingue par sa vision qui lie mobilité durable et aménagement du territoire pour réduire les problèmes de congestion et améliorer du même souffle la qualité de vie à Québec.  Le parti s’engage également à une hausse minimale de 5% de la contribution municipale au budget du RTC pour les 4 prochaines années. Les engagements en faveurs du rattrapage pour le Plan directeur du réseau cyclable vont dans le même sens. « Chez Démocratie Québec, on a clairement fait un choix, celui des transports collectifs et actifs, ce qui est un pas dans la bonne direction. On sent que le réflexe mobilité durable est présent dans les engagements », note Etienne Grandmont. Davantage d’engagements concrets, notamment au niveau financier, auraient permis au parti de se mériter une note plus élevée.

Régis Labeaume, Équipe Labeaume Note : C-

Les réponses fournies par l’Équipe Labeaume montrent une bonne compréhension des enjeux et font état de propositions très concrètes. Impossible d’analyser les réponses d’Équipe Labeaume sans tenir compte de son bilan des dernières années à la tête de la Ville de Québec. Or, c’est justement là où le bât blesse : les efforts ont été mis, au cours des dernières années, sur des projets d’élargissement d’autoroutes, l’ouverture à l’année de la Côte Gilmour, des opérations policières visant les piétons et les cyclistes et l’augmentation du nombre de stationnements au centre-ville, au détriment de la réalisation du Plan directeur du réseau cyclable ou de la mise en œuvre du Plan de mobilité durable pour lequel aucun budget ou échéancier n’a été rendu public. « En matière de mobilité, Monsieur Labeaume joue au Docteur Jekyll et M. Hyde, et c’est M. Hyde qu’on a surtout vu depuis l’adoption du Plan de mobilité durable, » conclut le directeur général de l’organisme.

Ville de Lévis

Antoine Dubé, Renouveau Lévis Note : B-

L’équipe d’Antoine Dubé fait preuve d’une vision globale pertinente, disant vouloir utiliser les leviers que sont les transports et l’aménagement du territoire pour améliorer la qualité de vie des Lévisiens. L’équipe s’est également méritée des points pour son engagement à développer une tarification pour certaines clientèles, en lien avec les demandes d’organismes communautaires du milieu, de même que pour ses engagements envers les piétons. Le développement du réseau cyclable semble passer prioritairement par des infrastructures dédiées au vélo utilitaire, ce qui permet d’augmenter l’offre en aménagement cyclables tout en jouant sur la réduction de la circulation automobile. Renouveau Lévis a perdu des points avec le peu d’engagements concrets, notamment sur le financement de la STLévis, et un projet de train de banlieue reliant Lévis à Québec qui ne tient pas la route.

Gilles Lehouillier, Lévis Force 10 Note : C

Le parti de Gilles Lehouillier obtient une note plus basse malgré des engagements intéressants et chiffrés. En effet, celui qui s’engage à investir annuellement 500 000$ d’argent neuf dans la bonification des services de transport en commun vient, pour ainsi dire, en annuler les effets bénéfiques en favorisant, pour combattre la congestion, des solutions d’une autre époque, soit l’augmentation de la capacité routière : un troisième pont entre Québec et Lévis et l’élargissement de l’autoroute 20. « On sent que Lévis Force 10 n’a pas encore acquis à 100% le réflexe mobilité durable, » estime Monsieur Grandmont. Accès transports viables est tout de même satisfait de l’engagement de maintenir le service des Parlementaires et de l’accueil favorable au projet de tramway.

Isabelle Demers, candidate indépendante Note : D

La candidate indépendante, malgré quelques idées intéressantes, notamment au regard du leadership à assurer à l’échelle régionale quant à la mise en place du tramway, reste plutôt vague sur les actions qu’elle compte entreprendre pour améliorer les transports collectifs et actifs à Lévis. Madame Demers méconnait visiblement les problématiques vécues par les cyclistes et piétons de sa ville, ce qui lui vaut sa mauvaise note.

André Jean, Action Lévis Note : D

C’est parce qu’il s’engage à maintenir la contribution municipale au budget de la STLévis que le parti d’André Jean obtient la note de passage. Autrement, les réponses obtenues dénotent un manque évident de connaissances des services de la société de transport ainsi que des infrastructures dédiées aux cyclistes et piétons de Lévis.

De la parole aux actes

« Tous les principaux candidats à la mairie de Québec et de Lévis se sont prononcés en faveur de l’amélioration des transports collectifs et actifs dans la région. Au lendemain des élections du 3 novembre prochain, il sera grand temps de passer de la parole aux actes. Les élus des deux villes ont en effet dans les mains tous les outils pour y arriver : Plan de mobilité durable, Plan directeur du réseau cyclable, Plan métropolitain d’aménagement et de développement, et ce, des deux côtés du fleuve. Il sera temps de mettre ces plans en action et de se poser en leaders de la mobilité durable, » conclut Etienne Grandmont.

Questions d’Accès transports viables sur la mobilité durable envoyées aux candidats à la mairie de Québec et de Lévis

Q1 – Le déploiement du transport en commun

Les objectifs poursuivis par la Ville de Québec (Ville de Lévis) en ce qui a trait à la mobilité durable impliquent un nécessaire déploiement du réseau de transport en commun.

Quels services comptez-vous mettre en place dans les prochaines années pour améliorer l’offre en transport en commun sur le territoire de votre ville?

Q2 Le projet de tramway

La mise en service d’un tramway a été identifiée par la Ville de Québec (Ville de Lévis) comme principal élément pour structurer les transports collectifs de la grande région de Québec.

Par quels moyens comptez-vous :

  • respecter, voire devancer, l’échéancier de mise en service?
  • financer la réalisation et l’opération du projet?
  • assurer le leadership nécessaire à l’échelle régionale?

Finalement, quel tracé allez-vous privilégier pour desservir au mieux les usagers de votre ville?

Q3 – Le financement du transport en commun

La contribution municipale dans le budget du RTC (de la STLévis) est essentielle pour maintenir et accroitre les services publics de transport en commun. Sans ce financement, les sociétés de transport sont contraintes de couper dans des services existants.

Une fois élu, allez-vous maintenir, voire accroitre, la contribution municipale dans le budget du RTC (de la STLévis)?

Q4 – Le développement du réseau cyclable

La Ville de Québec (Ville de Lévis) s’est dotée d’un Plan directeur du réseau cyclable ambitieux. Cependant, la mise en œuvre d’infrastructures dédiées aux cyclistes a pris beaucoup de retard.

Comment prévoyez vous rattraper ce retard? Quels sont, selon vous, les projets les plus urgents à réaliser?

Q5 – Le confort et la sécurité des piétons

Les équipements dédiés aux piétons, tels que les feux de circulation et les traverses piétonnes, ne sont, dans certains cas, pas adaptés à leurs besoins, ni respectés par certains automobilistes. Outre de subir les délais d’attente très longs, les piétons se retrouvent souvent dans des situations dangereuses pour leur sécurité, ce qui n’aide en rien à encourager la pratique de la marche.

Que comptez-vous faire pour favoriser la pratique de la marche comme moyen de déplacement quotidien?

Q6 – La réduction de la congestion

La congestion automobile affecte de plus en plus les déplacements et la vie des citoyennes et citoyens de la Ville de Québec.

Quelles mesures devraient être implantées par la Ville à long terme pour palier aux problèmes de congestion?