Québec, le 28 février 2013 – À compter de demain, les hausses de tarifs annoncées par les sociétés de transport de Québec et Lévis s’appliqueront. Ces hausses, au-dessus de l’augmentation du coût de la vie, surviennent alors que les sociétés de transport sont en plein développement. Accès transports viables estime que ce sont plutôt les revenus générés par la croissance de la clientèle, de même que les efforts pour diversifier les revenus, qui devraient financer le nécessaire accroissement de l’offre, et non les usagers actuels.

Le Réseau de transport de la Capitale (RTC) et la Société de transport de Lévis (STL) annonçaient respectivement une hausse de 3,25 % et de 3,1 % du laisser-passez mensuel régulier. Pour sa part, le laisser-passez métropolitain, qui permet de naviguer dans les deux réseaux, subit une augmentation encore plus importante, soit de 5 %. Pourtant, l’indice des prix à la consommation anticipé pour 2013 se situe à 2,38 % pour la région de Québec.

Les usagers paient déjà leur part

La présidente d’Accès transports viables, Catherine Boisclair, rappelle que « dans les 10 dernières années, les usagers du RTC ont encaissé des hausses supérieures de 50 % à l’inflation ». Par leur choix de transport, les usagers du transport en commun posent un geste quotidien qui a d’importantes retombées positives pour l’ensemble de la société, tant du point de vue économique, de la santé que de l’environnement. « Il serait donc temps de reconnaître cette importante contribution en limitant les hausses annuelles au niveau de l’inflation et en prenant des moyens de faciliter l’accès des personnes à faible revenu », croit Madame Boisclair.

Des cibles ambitieuses, un développement nécessaire

Le Plan de mobilité durable de la Ville de Québec, adopté en novembre 2011, fixe comme cible de doubler la part modale du transport en commun d’ici 2030, tout comme le nouveau Plan métropolitain d’aménagement et de développement (PMAD) de la Communauté métropolitaine de Québec.

Pour y arriver, un développement substantiel de l’offre devra prendre place à Québec comme à Lévis. « Comme toute entreprise qui se développe, les sociétés de transport ne devraient pas faire assumer le coût de ce développement aux clients actuels, mais plutôt miser sur une hausse d’achalandage pour palier les manques à gagner », constate Catherine Boisclair.

Diversifier les revenus, la voie à suivre

La diversification des sources de revenus est aussi à l’agenda de nombre de sociétés de transport au Québec. À l’image de Montréal et Gaspé, Québec et Lévis devront rapidement occuper le champ fiscal de 1,5 cent sur le litre d’essence qui a été accordé à la région par le gouvernement du Québec pour financer le transport en commun. Depuis 2010, la région se prive de 10,5 millions par année pour financer son transport en commun.

Québec et Lévis doivent également se poser publiquement en championnes du transport en commun auprès des paliers de gouvernement supérieurs en demandant un meilleur équilibre dans le financement des infrastructures de transport. À travers TRANSIT – l’Alliance pour le financement des transports collectifs au Québec, Accès transports viables revendique notamment :

  • une répartition plus équitable du Fonds des réseaux de transports terrestres, soit à 70 % pour les routes et 30 % pour le transport en commun (alors que depuis 5 ans, la répartition est respectivement de 82 % et 18 %);
  • la multiplication par cinq des sommes disponibles pour le transport en commun dans le cadre du Fonds vert.

Un laisser-passez métropolitain toujours plus populaire

Dans la région de Québec, un financement adéquat du transport en commun passe également par une participation plus importante de la Communauté métropolitaine de Québec et du ministère des Transports pour le laissez-passer métropolitain, qui financent chacun à hauteur de 175 000$  le manque à gagner du RTC et de la STL. Si cette somme n’est pas majorée, le prix du laisser-passez métropolitain est condamné à augmenter de façon exponentielle compte tenu du nombre croissant d’usagers qui s’en prévalent.

-30-

Françoise Bellemare 418 522-0006 p. 3074 / f.bellemare@transportsviables.org