John_Pucher2On ne parle jamais assez de vélo, c’est un aspect du message passionné que John Pucher a livré lors d’une conférence organisée par Accès transports viables à Québec. Le chercheur américain a dressé un portrait de la situation à travers le monde et a abordé plusieurs thèmes pour permettre d’augmenter la pratique du vélo. Il en a profité pour présenter son ouvrage City Cycling, à paraître en novembre, qui sera également disponible en français (lire le résumé et la table des matières de la version française).

Pour plus d’information sur la publication, consultez le site de l’ouvrage (en anglais):
citycycling

La journaliste Isabelle Porter, du Devoir, a profité du passage de monsieur Pucher pour l’interviewer.L’article (réservé aux abonnés du Devoir) aborde un aspect intéressant de la présentation : la proportion de cyclistes féminins en tant qu’indicateur de conditions sécuritaires pour la pratique du vélo. En effet, le chercheur et ses collègues ont constaté que les femmes tendent à prendre moins de risques et qu’elles préfèrent les itinéraires où des infrastructures sécuritaires existent. En ce sens, au Danemark et aux Pays-Bas, où plus de la moitié des cyclistes sont des femmes, la répartition entre les genres est un signe de succès des politiques visant à encourager la pratique du vélo.

Vous l’aurez deviné, au Québec, plus d’hommes se disent cyclistes que de femmes, ce qui dénote que nous avons encore du chemin à parcourir pour nous doter d’un environnement perçu de manière sécuritaire. Au Canada dans son ensemble, seul 23% des cyclistes sont des femmes.

Accès transports viables est heureux d’avoir permis aux gens de Québec d’entendre John Pucher, un chercheur renommé dans le domaine. Bien que Québec connaisse une croissance notable des déplacements à vélo, comme plusieurs villes occidentales, les pratiques doivent encore évoluer pour soutenir cette tendance. C’est le cas notamment en terme d’infrastructures : beaucoup d’aménagements efficaces et éprouvés tardent à être implantés dans la Capitale. La présentation de monsieur Pucher était inspirante à cet égard et permettait de bien comprendre les meilleures pratiques, tant en Europe qu’en Amérique du Nord.

Nous tenons à remercier chaleureusement Marie Demers qui nous a généreusement aidé à présenter cette conférence de John Pucher.