Celles-ci portaient beaucoup sur les questions de transport et de densification. En effet, il est très difficile d’aborder le développement urbain indépendamment de la mobilité.

Voici un extrait de l’article du Soleil concernant l’événement:

Colline parlementaire: densifier ne fait pas l’unanimité[…]«Il y a déjà des problèmes de circulation et de transport dans le secteur et on nous demande de densifier!» s’inquiétait Anne Gagné, présidente du conseil de quartier Montcalm.Benoît Bossé abondait dans le même sens, déplorant qu’il n’ait pas été permis aux participants d’aborder hier la question du transport en commun.«J’ai beaucoup de misère à considérer une densification de la colline parlementaire en refusant de considérer la possibilité d’un tramway! Il y a une incompatibilité entre le transport en commun traditionnel et la densification de la colline», a déclaré ce résidant du Vieux-Québec.M. Bossé a d’ailleurs reçu des applaudissements lorsqu’il a dit souhaiter que l’aménagement de la colline parlementaire demeure à l’échelle humaine. «Québec, ce n’est pas Chicago!» a-t-il lancé.Ce point de vue a trouvé écho auprès de la conseillère municipale Anne Guérette. «Je suis amoureuse de ma ville. Densifier et construire, oui, mais avec beaucoup de délicatesse. Québec n’est ni Chicago, ni Montréal», a-t-elle mis en garde.

Mathieu Houle-Courcelles, porte-parole du Comité populaire Saint-Jean-Baptiste, a quant à lui fait remarquer que le secteur de la colline parlementaire était déjà le plus densifié à Québec.

[…]

Article complet

Source: Ian Bussières, Le Soleil, 24 mai 2009